17/12/2008

VERDUN LES DANGERS

Verdun décembre 08 098Ces photos ont pour but de mettre en garde les touristes éventuels du champs de Battaille de Verdun . De nos jours , il y as encore des quantités d'obus qui remontent à la surface .Il faut savoir que à cette époque 4 obus sur 10 non pas explosés , soit par un mauvais réglage de la fusée , soit par un mauvais angle de percution , soit tombé dans un terrain trop meuble et la percution n'as pas eu lieu , ou encore des caisses d'obus , de grenades ou de cartouches qui ont été remblayées par les terres projetées par les explosions d'autres obus. Les cultivateurs du coin risquent leur vie chaques années en labourent ces champs , évidamment eux ils connaissent ! , lorsqu'ils appersoivent un obus ou entendent un grinsement de ferraille , ils s'arrêttent , mettent cet ou ces obus sur le bord du champs et préviennent le service de déminage . Si au cour de votre balade vous en trouvers , n'y touchez pas !!!! ces obus sont toujours dangereux et malgré le tempt passé en terre ils peuvent exploser à tout moment , c'est pareille pour les grenades ou autres cartouches !. Ne faitent jamais un feu !!! car sous ce feu , il peut y avoir à 10 cm du sol un obus non explosé '.Chaques années , ces champs de Battailles sont parcourus par des amoureux de l'histoire ou autres collectionneurs cherchant la pièce rare que l'on peut encore retrouver de nos jours , ces gents souvent s'y connaissent très bien en munitions , mais courent quand même un grand danger , il suffit de mettre un pied de travers et Boummmm. Maintenant , les éclats d'obus sont légions , on en trouve partout ! , avec ces morceaux de ferrailles , vous ne risquez pas grand choses ... une coupure , ou un gros orteil si vous le laisser sur votre pied !!! mais soyez tout même prudent et laissez ces vestiges là ou vous les voyez

11:54 Écrit par papa brixhe dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Francis rien a redire très intéressant cette partie de verdun, bonne continuation Georges

Écrit par : Huygen Georges | 17/12/2008

Les commentaires sont fermés.